Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 20:15

A  106 ans, Max Dagois dèisha la tropa de la Catinon

 

 

« Pas prénguer cana au miu atge, aquò hè pas seriós  !"  ça declarava Max Dagois en arribant suu parvís de la glèisa de Sent Lis ende presidar l'amassada anuala deus amics de la Catinon. L'amor deus sius tanhents, le siu umor, la siva jòia de víver ací quauques trèits de caractère visibles de Max, a defaus de vos transméter le secret de la siva longevitat...

 

 Mès, per diu, coma aqueth personatge risolairen au fisic de titi parisenc, parlant pas occitan se retrobèc au bèl mitan de la trebatenta tropa de la Catinon hèita per Carles Molin au lendoman de la Liberacion ?

 

Nascut le 4 de novembre de 1906 just avant la granda guèrra, Max serà mobilizat en 1939, Presonèr, s'i escaigerà a s'escapar un prumèr còp d'un camp, mès serà pres encar un còp a París e internat au sinistre camp de Drancy. Tornarà hèr l'expleit d'una evasion rocambolesca. Decidat a hugir la capitala francesa, se retrobèc le 19 d'agost 1941 a Tolosa. Dotat d'una bèla votz d'opereta, hasquèc las sivas debutas suus emponts tolosans. Es a-n-aqueth moment qu'estèc reperat per Carles Molin e Dominique en quista de talents ende constituar la famosa tropa de la Catinon.



A la liberacion, Max intègra la gaujosa tropa. Denvenguèc cronicaire sus las ondas de Ràdio Tolosa dins la tarribla emission setmanèra les Pescofins. La siva votz èra radiofonica e tintada d'un pichon accent parisenc, dont se dessepararà pas jamès. Mès le Max se trobèc la plaça dins aquera tropa au parlar occitan e au fòrt accent mondin. Dins la celèbra pèça La campana de Minjacebas, tenguerà le ròtle de Pèire, le joen prumèr. 700 representacions d'aquera pèça estèren donadas en Occitania, un triomfe, un succès inegalat au jorn d'auèi dins le teatre d'òc. Es a-n-aqueth moment que hasquèc le rescontre d'una joena cantaira, Jacqueline Ryon, prumèr prèmi deu conservatòri de Tolosa. Devenguèc la siva partenària sus l'empont pèi la siva hemna.

 

  

A la seguida de l'aventura de la Catinon, Jacqueline perseguirà la siva carrièra de prumèra cantaira d'opereta, quand le Max harà una carrièra d'agent comerciau end'una fabrica de mòbles dinc a un atge deus avançats. Mès aqueth coble talentuós d'artistas divián transméter la lor passion endeu cant e la musica a la hilha prenomada Caterina, en sovénguer de Catinon. Dotada d'una votz rara de vertadèra contra alto, Catherine Dagois perseguís actualament una carrièra internacionala remercabla ambe le siu òme Edgard Teufel, grand organista. A-n-aquera familha de melomanes e d'artistas i cau ajustar de la Jacqueline, Bernard Ryon, president de la prestigiosa 'Associacion deus artistas merdionaus'.

Non, l'azard existís pas e vertat es que la sivas qualitats tant umanas qu'artisticas valèren au Max de s'engatjar, a la Liberacion, dins una carrièra de comedian a Tolosa au mièi deus mès grands e mès populars.

 

 

 

 

Max-Dagois.JPG

 

 

A  106 ans, Max Dagois quitte la troupe de la Catinou

 

« Ne pas prendre de canne à mon âge, cela ne fait pas sérieux ! » déclarait Max Dagois en arrivant sur le parvis de l’église de Saint-Lys pour présider le rassemblement annuel des amis de la Catinou. L’amour pour ses proches, son humour, sa joie de vivre, voilà quelques traits de caractère visibles de Max, à défaut de vous transmettre le secret de sa longévité...

Mais comment diable  ce personnage rieur, au physique de  titi parisien, ne parlant pas occitan se retrouva-t-il au beau milieu de la trépidante troupe de la Catinou fondée par Charles Mouly au lendemain de la Libération ?

Né le 4 novembre 1906 juste avant la grande guerre, Max sera mobilisé à son tour  en 1939. Prisonnier, il réussira à s’évader une première fois d’un camp, mais il sera à nouveau interpellé  à Paris et interné au sinistre camp de Drancy. Il réitèrera l’exploit d’une évasion rocambolesque. Décidé à fuir la Capitale, il se retrouva le 19 août 1941 à Toulouse. Doté d’une belle voix d’opérette, il fit ses débuts sur les scènes toulousaines. C’est à ce moment- là qu’il fut repéré par Charles Mouly et Dominique en quête de talents pour constituer la fameuse troupe de la Catinou.

À la Libération, Max intègre la joyeuse troupe il devint chroniqueur sur les ondes de Radio Toulouse dans l’inoubliable émission hebdomadaire les Pescofis. Sa voix était radiophonique et teintée d'un  petit accent parisien, dont il ne séparera jamais. Mais Max avait trouvé sa place dans cette troupe au parler occitan et au fort accent toulousain. Dans la célèbre opérette La cloche de Mingecèbes, il tiendra le rôle de Pierre, le jeune premier. 700 représentations de cette pièce furent données en Occitanie, un triomphe, un succès inégalé à ce jour dans le théâtre d'oc. C’est à ce moment- là, qu’il fit la rencontre d’une jeune chanteuse, Jacqueline Ryon, premier prix du conservatoire de Toulouse. Elle devint sa partenaire sur scène puis son épouse.

A la suite de l’aventure de la Catinou, Jacqueline poursuivra sa carrière de première chanteuse d’opérette, tandis que Max fera une carrière d’agent commercial pour une fabrique de meubles jusqu’à un âge très avancé. Mais ce couple de talentueux d'artistes devait transmettre leur passion pour le chant et la musique à leur fille prénommée Catherine, en souvenir de Catinou. Doté d’une voix rare de véritable contre alto,  Catherine Dagois poursuit actuellement une brillante carrière internationale avec son mari Edgard Teufel, grand organiste. À cette famille de mélomanes et d’artistes il faut y ajouter le frère de Jacqueline, Bernard   Ryon président de la prestigieuse 'Association des artistes méridionaux'.

Non, le hasard n’existe pas et c’est bien ses qualités tant humaines qu’artistiques qui valurent  à Max d’embrasser à la libération, une carrière de comédien à Toulouse parmi les plus grands et les plus populaires.

 

 

Texte : PL / Traduccion occitan : NRB

Partager cet article

Repost 0
Published by Patric Lasseube
commenter cet article

commentaires

Presentacion / Présentation

  • : País de Catinou (Saint-Lys / Sent Lis)
  • País de Catinou (Saint-Lys / Sent Lis)
  • : Site de l'association pour l'occitan à Saint-Lys / Siti de l'associacion ende l'occitan a Sent Lis
  • Contact

Recèrca / Recherche